Protégeons nos artères

Sous le terme de « maladies cardio-vasculaires » se cachent un ensemble de pathologies qui traduisent une atteinte des artères de l'organisme humain. Ainsi, on démembre les accidents vasculaires cérébraux (AVC) redoutables par le handicap et la mortalité qu'ils engendrent et qui sont le reflet de l'atteinte des artères cérébrales, les infarctus du myocarde par obstruction des artères coronaires, dont les signes précurseurs sont connus sous le nom d'angine de poitrine et enfin l'artérite des membres inférieurs qui se manifeste par des douleurs aux mollets survenant à la marche par déficience du réseau artériel des jambes. Ces maladies sont responsables en France d'un décès sur trois. La principale maladie des artères est appelée athérosclérose. Il s'agit d'un dépôt progressif de cholestérol sur la paroi des artères responsable d'un rétrécissement de la lumière de celle-ci qui,à terme, finit par s'obstruer totalement. Ce mécanisme est favorisé par un ensemble de facteurs dit « de risque » communs à l'ensemble des maladies cardio-vasculaires et dont la prise en charge est vitale

coeur2.jpg

Le tabagisme

Il s'agit du facteur de risque le plus incriminé dans la survenue des pathologies cardio-vasculaires. Il est responsable à lui seul de 60.000 décès par an en France. Un fumeur a 6 fois plus de risques de faire un accident vasculaire cérébral ou un infarctus du myocarde qu'un non fumeur. Chez les femmes, le fait de prendre la pilule multiplie encore ce risque.
Des mesures thérapeutiques de substitution existent et sont maintenant variées : gommes, patch ou encore médicaments. Les mesures dissuasives prochainement mis en place dans les lieux publiques sont un réel progrès en termes de santé publique.

Le diabète

Il existe 2 types de diabètes :

- le diabète de type 1 qui apparaît chez les sujets jeunes et se soigne par injections sous-cutanées d'insuline.

- le diabète de type 2 se manifestant vers l'âge de 50 ans et dont le traitement est le plus souvent à bases de comprimés.

Ces 2 diabètes augmentent le risque de développer une maladie cardio-vasculaire. Il est donc nécessaire de les dépister (prise de sang, bandelette urinaire) et le cas échéant de les traiter le plus efficacement possible avec une surveillance très régulière et strict du taux de sucre dans le sang. Bien sûr, un régime adapté pauvre en sucres dits « rapides » (pâtisseries, bonbons..) représente la base du traitement du diabète.

L'hypertension artérielle

La tension artérielle correspond à la pression du sang dans les artères de l'organisme. Si elle est élevée, la paroi des artères se fragilise ce qui explique que l'hypertension artérielle est un facteur de risque majeur de pathologies cardio-vasculaires.

Elle est mesurée au bras ou au poignet à l'aide d'un tensiomètre et s'exprime en millimètres ou centimètres de mercure. Il existe 2 chiffres : le premier, qui est aussi le plus élevé, correspond à la pression au moment de la contraction du cœur qui se traduit à l'auscultation par un battement de ce dernier, lorsque le sang est expulsé vers les vaisseaux. On l'appelle pression artérielle systolique. Le deuxième correspond à la pression artérielle diastolique et est le reflet de la pression exercée par le sang dans les vaisseaux lorsque le cœur se relâche juste après une contraction. On parle d'hypertension artérielle lorsque la tension est supérieur à 140 mm (=14 cm) de mercure pour la pression artérielle systolique et/ou 90 mm (=9 cm) de mercure pour la pression artérielle diastolique.

Le cholestérol

Lui aussi est un facteur de risque important qu'il convient de maîtriser. Il existe un équilibre dans l'organisme entre le « bon cholestérol » (le HDL cholestérol) et le « mauvais cholestérol » (LDL cholestérol). Lorsqu'il existe un excès de LDL cholestérol, il se produit un dépôt dans la paroi des artères qui s'obstruent progressivement. Le cholestérol est facilement dosable par une prise de sang. S'il est élevé, un régime adapté pauvre en graisses dites saturés (charcuteries, fromages, viandes rouges, fritures..) est recommandé. L'idéal est de manger équilibré !

Le surpoids

L'évaluation d'un excès pondéral peut se faire selon 2 méthodes :

- L'index de masse corporelle (IMC) dont la norme est inférieure à 25

- Le périmètre abdominal mesuré à l'aide d'un mètre ruban. Au delà de 88 cm chez la femme et 102 cm chez l'homme, le risque de développer une maladie cardiovasculaire est plus élevé

Là encore, un régime mieux équilibré ajouté à une activité physique régulière permettent de contrôler ce facteur de risque.

La sédentarité

On entend par sédentarité un défaut d'activité physique régulière.

Chacun d'entre nous est amené par ses activités professionnelles ou autres à se dépenser physiquement. Pour autant, l'exercice fourni ne remplace pas une activité sportive plus intense. Un bon sport est avant tout un exercice d'endurance, long et régulier. La marche, la course à pied, la natation ou encore le cyclisme en sont de bons exemples.

Au moins 30 minutes d'exercice physique chaque jour et en continu protègent vos artères ainsi que votre cœur.